Vaccination des grands animaux

Nous assurons principalement les vaccins contre les maladies respiratoires bovines (ex : grippe, IBR,…), les maladies néonatales (ex : le rotavirus, le corona virus, le BVD,…) et contre les troubles reproducteurs (ex : BVD, fièvre Q,…).

Les vaccinations pour les porcs et les ovins sont proposées par le vétérinaire lorsque certaines pathologies particulières surviennent dans l’exploitation.

Epidémio-surveillance

Les éleveurs doivent, selon l’espèce animale qu’ils exploitent, conclure un contrat d’épidémio-surveillance avec un vétérinaire

De quoi s’agit-il ?

Il s’agit d’un contrat qui lie l’exploitant agricole au vétérinaire pour la gestion de son élevage pour la prévention et/ou la lutte contre de grandes épidémies qui pourraient concerner les animaux eux-mêmes, voire la contamination à d’autres espèces et notamment à l’homme. 

De nombreuses maladies telles que l’IBR, la FCO, la brucellose, la tuberculose chez les bovins, la maladie d’Aujewski chez le porc, la grippe aviaire chez les volailles,… sont ainsi gérées préventivement.

Cette épidémio-surveillance permet également aux vétérinaires d’exploitation d’être un relais entre l’éleveur et les autorités (AFSCA) lors de l’apparition de foyers de certaines maladies afin de les juguler au plus vite. C’est ainsi que certaines crises bien connues comme la dioxine , la langue bleue (FCO) , la fièvre aphteuse, la brucellose, la tuberculose, la peste porcine, … ont été contrôlées.

Généralement, pour lutter contre ces maladies, les vétérinaires agréés et sous contrat d’épidémio- surveillance ont pour mission de réaliser des prélèvements sur les animaux et/ou de les vacciner et de rapporter aux autorités (AFSCA)  les prestations réalisées. En effet, ces plans de lutte sont toujours planifiés et organisés au préalable par l’Agence Fédérale de la Sécurité de la Chaîne Alimentaire.

En prévision de l’absence éventuelle du vétérinaire principal d’exploitation, l’éleveur et le vétérinaire principale désignent de commun accord un second vétérinaire d’exploitation. 

Remarquons que l’existence de ce type de lien contractuel n’empêche pas d’autres vétérinaires de procéder aux soins des animaux de l’exploitation. 

Suivi de guidance

La guidance vétérinaire résulte d’un contrat passé entre l’éleveur et son ou ses vétérinaires d’épidémio-surveillance.

Il s’agit d’un contrat selon lequel, le vétérinaire et l’exploitant, analysent les pathologies présentes et/ou survenues dans l’exploitation puis prévoient et planifient pour les 4 mois à venir l’utilisation raisonnée de vaccins, d’anti-parasitaires, d’anti-inflammatoires et d’antibiotiques en laissant un petit stock de ces substances correspondant aux besoins de l’exploitation pour cette durée de 4 mois.

L’éleveur administre lui-même le médicament en vue de la prévention ou des soins curatifs des maladies relevées précédemment et ce, en concertation avec le vétérinaire.

Dans le cadre de cette guidance, l’éleveur est tenu d’indiquer, dans un registre de médicaments, les substances administrées à ses animaux en y indiquant les animaux concernés, les délais d’attente de consommation selon la spéculation de l’éleveur (œufs, viande, lait). 

Le vétérinaire, quant à lui, est chargé de  vérifier ce document, après sollicitation de l’exploitant et de le contre-signer tous les 2 mois.

Concernant cette guidance, un vétérinaire suppléant peut également être envisagé.

Les éleveurs qui n’ont pas conclu une guidance avec un vétérinaire ne peuvent détenir toute substance médicamenteuse plus de 5 jours dans leur exploitation.

Suivi des animaux de rente

Contact

071/79.89.27

Rue de Rouillon 40,
5537 Bioul - Belgique

veterinaire.bioul@yahoo.fr

Contactez-nous